Dans l’eau de mon rêve fleurissent de splendides inutilités.
(Tristan Tzara, « L’Homme approximatif », 1931)

Fermer le menu